LOGOTL

Sorana Cirstea, l’œil du faucon : six challenges corrects dans un même set ! (Stanford 2012)

Sorana Cirstea, l’œil du faucon : six challenges corrects dans un même set ! (Stanford 2012)

Sorana Cirstea
Heureusement que Sorana Cirstea jouait sur un court disposant du Hawk-Eye.

D’après le site officiel de la société derrière le Hawk-Eye, 30% des annonces sont infirmées par le système informatique d’arbitrage au tennis. Par conséquent, les juges de ligne ou les arbitres de chaise ont raison dans 70% des cas.

Néanmoins, un quart de finale du tournoi WTA de Stanford en 2012 entre Sorana Cirstea et Dominika Cibulkova n’a absolument pas corroboré ces statistiques. Fait rarissime, Cirstea a demandé le Hawk-Eye à six reprises au cours du premier set et la Roumaine a eu raison à chaque fois. Blasée, la native de Bucarest a tout de même réussi à garder son sang-froid.

Si le court n’avait pas disposé de cette technologie d’arbitrage, elle aurait injustement perdu quatre points, elle aurait été privée d’un ace et elle aurait dû servir une deuxième balle. Sur une seule et même manche, cela fait beaucoup d’autant qu’il n’est pas rare que des matches se jouent sur quelques points.

Sorana Cirstea finira par perdre ce premier set mais elle s’imposera 6/7, 6/2, 6/0.

 L'équipement complet de Genie Bouchard

Suggestions d'articles :

Tennis Legend

1 COMMENT
  • Sapiens Sapiens
    Répondre

    En rugby, pour éviter le recours trop répétitif à l’arbitrage vidéo, certains veulent limiter le nombre de demande en faveur de chaque équipe. Cet exemple va à l’encontre de cette proposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *