LOGOTL

Maxime Hamou : « J’ai battu Montanes, une de mes idoles, mais ça casse un peu le mythe »

Maxime Hamou : « J’ai battu Montanes, une de mes idoles, mais ça casse un peu le mythe »

Maxime Hamou
Maxime Hamou dispute son premier Roland Garros en 2015.

A 19 ans, Maxime Hamou, 225e mondial, va disputer son premier tournoi du Grand Chelem à Roland Garros. Invité par l’organisation, il a hérité du Polonais Jerzy Janowicz, 50e au classement ATP, au premier tour. La semaine dernière, pendant que les qualifications battaient leur plein, Tennis Legend a rencontré le jeune homme. L’occasion de prendre la température avant ses grands débuts aux Internationaux de France et de parler de sa vie sur le circuit secondaire.

C’est ton premier tournoi du Grand Chelem, tu l’abordes dans quel état d’esprit ?

L’objectif, c’est déjà de me préparer de la meilleure façon possible. Après, je l’aborde match par match en espérant aller le plus loin possible.

Est-ce tu penses que tu auras un peu de pression le jour J ?

Oui, forcément j’en aurai un peu. Je pense que j’aurai les jambes lourdes les deux/trois premiers jeux mais ça va se libérer ensuite. Enfin j’espère.

Tu vas jouer pour la première fois un match en trois sets gagnants, est-ce que cela change quelque chose dans la façon de préparer la rencontre ?

Non, pas spécialement. J’ai la chance d’être assez endurant donc j’espère profiter de mes qualités physiques.

Quel est le pire tournoi Challenger ou Future auquel tu aies participé ?

Cette année on est allés au Chili avec mon entraîneur. On a fait trois tournois et le deuxième était très limite.

C’est-à-dire limite ?

Les conditions n’étaient vraiment pas tops et je n’en rajoute pas plus (rire).

Tu ne peux pas nous faire ça.

Je ne peux pas en dire plus (rire).

Lucas Pouille, l’année dernière, nous avait raconté qu’il avait passé 7/8 heures en cellule en Ouzbékistan pour un problème de Visa, as-tu eu un souci de ce genre également ?

Oui, ils pensaient que mon passeport était faux donc ils m’ont gardé deux heures en salle d’interrogatoire. En plus en anglais, ce n’était pas forcément la meilleure position dans laquelle je me suis retrouvé.

Quel est ton meilleur souvenir pour le moment ?

Récemment, j’ai battu une de mes idoles donc ça fait plaisir mais ça casse un peu le mythe.

Qui était cette idole ?

Albert Montanes, c’est une de mes idoles. (Ndlr : il l’a battu au Challenger d’Aix en Provence 2015 en trois sets) Après, des moments particuliers, je n’en ai pas vraiment mais je pense que, quoiqu’il arrive à Roland Garros, cela sera un des moments les plus forts en émotion.

Face à Montanes, Maxime Hamou avait d’ailleurs inscrit un tweener lobé.
(Qualité dégueulasse par contre)

Que trouves-tu le plus dur dans la vie d’un joueur professionnel ?

Mentalement, tout le monde pense que c’est facile de voyager mais ce n’est pas évident de prendre l’avion toutes les semaines. D’un tournoi à un autre, il faut s’adapter en permanence, se battre tout le temps. Encore, la combativité est une de mes forces mais ce n’est pas évident de reproduire ça chaque semaine.

Et les bons côtés ?

Tu voyages, tu rencontres du monde, tu découvres de nouvelles cultures. Ça change de rester toute la journée à la maison en train de regarder la télé.”

Suggestions d'articles :

Tennis Legend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *